(Cliquer ici pour lire la version française)

People often think there is only one way to learn: the one we are used to – with teachers, classrooms, textbooks, exams and grades. However, the day may come when you realise it is wrong, and it makes you take a step back and think about the norms of studying: maybe the traditional way is not the best way. But it is not that philosophical question that we will discuss today. I just want to present the example of a Danish school where students learn in an alternative way. Welcome to DNS Denmark!

Principle 1: Learning by doing

Det Nødvendige Seminarium means The Necessary Teacher Training College. As the name suggests, this school trains post-graduate students who want to become teachers. Instead of learning through theories, they learn by doing: interviews, reports, debates, practical projects, a range of hands-on activities in the school or its neighbourhood. The knowledge is supposed to be put to use and practiced, so students learn to teach by teaching: each of them has a period of teaching practice in a school, either in his/her own country or in whatever European country he/she wishes. « The aim is to train progressive teachers who can respond to the challenges of our time wherever it is needed – and that is everywhere. »

Principle 2: Understanding the global reality

We usually don’t know enough about the world we live in, DNS wants its students to understand how the world works. Here are some examples of subjects: History of the world, Big issues of our time, Sustainability, Struggle against poverty, Mastering the material world, The world of politics, The world of arts, The African continent, Contemporary Europe, The future of Europe. The goal is to train students to understand the reality of their time, and to make them become activists for a ‘solidarity humanism’; in other words, to start to create a better world.

Principle 3: Learn to travel, travel to learn

After understanding the reality of the world, students have to experience it. As they say, « The world is our classroom ». That’s why they spend several months in a developing country in Africa (Malawi, Mozambique, Zambia) or India. They can do humanitarian missions, such as working in the health sector, farming, water projects, sanitation, teaching. They get out of their comfort zone and experience the struggle against poverty. When they get back they share their experience and spread their new knowledge to the European public.

 

A DNS student taking part to a humanitarian mission in Mozambique

A DNS student taking part to a humanitarian mission in Mozambique

Principle 4: All together

In this school, the authority is decentralized. There is no hierarchy, but only respect. Students and teachers all live together in the school. They prepare their meals together, clean together, travel together. They have a close relationship. Students can ask questions to teachers and to other students whenever they want, because learning doesn’t stop after class. Moreover, every Monday, they organize a common meeting where they can discuss about everything in the school. They all share their traditions, views and opinions, which is enriching. That is also why team work is promoted: as the African proverb says, « alone we go faster, together we go further ».

Students come from everywhere in Europe to experience this kind of alternative, pioneering school. All of this started in the 1970’s. A few Danish teachers created a movement called The Traveling Folk High School to learn about the world through personal exploration. They sent thousands of students to over 140 countries to learn about the condition of the world, to experience other cultures and to immerse themselves in learning from experience instead of textbooks. They got great results and this ‘school of understanding the world’ quickly became the ‘school of changing the world’.

 

 

Traduction française

Études alternatives : une autre façon d’apprendre

On s’imagine souvent qu’il n’y a qu’une seule manière d’apprendre, celle à laquelle nous sommes habitués : professeurs, salles de classe, manuels, contrôles et notes. Mais il arrive un jour où l’on se rend compte qu’on avait tort, alors on prend du recul et on commence à réfléchir à notre système éducatif : peut-être n’est-ce pas le meilleure façon d’apprendre. Mais ce n’est pas cette question philosophique que nous allons traiter aujourd’hui. Je voudrais simplement vous présenter un exemple d’une université au Danemark où l’on étudie différemment. Bienvenue à DNS Danemark !

Principe 1 : L’apprentissage par la pratique

Le nom de l’école, Det Nødvendige Seminarium, pourrait se traduire par l’Université Nécessaire pour l’Apprentissage de l’Enseignement. Comme son nom l’indique, il s’agit d’études supérieurs pour former des étudiants à devenir instituteurs. Plutôt que d’apprendre par la théorie, ils apprennent par la pratique : interviews, enquêtes, débats, projets pratiques, actions de toutes sortes au sein de l’école et en dehors. Parce que les choses à apprendre doivent être mises en pratique, les étudiants apprennent à enseigner en enseignant : chacun participe à une période de stage pratique dans une école, qu’elle soit dans son pays d’origine ou dans le pays européen de son choix. « L’objectif est de former des enseignants répondant aux enjeux de notre temps, dans chaque région qui en a besoin – et c’est le cas partout. »

Utiliser le théâtre pour comprendre et faire comprendre les enjeux du monde

Utiliser le théâtre pour comprendre et faire comprendre les enjeux du monde

Principe 2 : Comprendre la réalité du monde

Nous avons rarement une réelle connaissance du monde dans lequel on vit. C’est pourquoi DNS permet à ses étudiants de comprendre comment la société fonctionne. Voici quelques exemples de sujets que les étudiants traitent au cours de leur formation : Histoire du monde, Grands enjeux de notre temps, Développement durable, Lutte contre la pauvreté, Se libérer du matériel, Le monde de la politique, Le monde des arts, Le continent africain, Europe contemporaine, Le futur de l’Europe. C’est ainsi que les étudiants parviennent à comprendre la réalité de leur temps, et peuvent devenir des acteurs d’une « humanité solidaire » ; autrement dit, commencer à bâtir un monde meilleur.

Principe 3 : Apprendre pour voyager, voyager pour apprendre

Après avoir compris la réalité du monde, les étudiants peuvent l’expérimenter. Comme ils le disent, « Le monde est notre salle de classe ». C’est pourquoi ils partent pour 6 à 8 mois dans un pays en voie de développement en Afrique (Malawi, Mozambique, Zambie) ou en Inde. Ils participent à des missions humanitaires, dans le domaine de la santé, l’agriculture, l’accès à l’eau potable, les installations sanitaires, l’enseignement. Ils sortent de leur zone de confort et font l’expérience de la lutter contre la pauvreté aux côtés des plus pauvres. A leur retour, ils partagent avec le public européen les leçons et connaissances qu’ils ont tiré de cette aventure.

Une étudiante de DNS en mission en Afrique

Une étudiante de DNS en mission en Afrique

Principe 4 : Tous ensemble

Dans cette école, l’autorité n’est pas centralisée. Il n’y a pas de hiérarchie, seulement du respect. Les étudiants et les professeurs vivent tous ensemble au sein de l’école. Ils cuisinent tous ensemble, font le ménage tous ensemble, voyagent tous ensemble. Ils ont une vraie relation de proximité. Les étudiants peuvent poser leurs questions aux professeurs et aux autres élèves à tout moment, car l’apprentissage ne s’arrête pas lorsqu’on sort de cours. De plus, chaque lundi est organisé une réunion où élèves et professeurs discutent tous ensemble de la vie à l’école. Tous partagent leurs traditions, points de vue et opinions, ce qui est très enrichissant. C’est aussi pour cette raison que le travail de groupe est largement encouragé : comme le dit le proverbe africain « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin. »

Les étudiants viennent de toute l’Europe pour expérimenter cette école alternative et pionnière. Tout ceci a commencé dans les années 1970. Quelques professeurs danois créèrent un mouvement appelé The Traveling Folk High School (L’école des gens qui voyagent) pour apprendre à comprendre le monde à travers l’exploration personnelle. Ils envoyèrent des milliers d’étudiants dans plus de 140 pays pour apprendre les conditions de vie à travers le monde, expérimenter d’autres cultures et s’immerger dans l’apprentissage par l’expérience plutôt que par les manuels. Ils obtinrent des résultats époustouflants et cette école “pour comprendre le monde” devint très vite l’école “pour changer le monde”.