(Cliquer ici pour lire la version française)

Don’t you have the feeling that our society lives at full speed ? That we live from day to day without taking consequences into account, without thinking about how our actions will affect tomorrow ?

In answer to this way of thinking and acting, the Positive Economy Forum tries to awaken consciences : it urges to us to reflect on tomorrow. Not only the ‘tomorrow’ of future generations, but our own ‘tomorrow’, the one we will know in a few dozen years. We keep on hearing about this, but nobody ever explains what we can concretely do to make a difference.

Problem solved, thank to a short book entitled Manifesto For A Positive Society (Positive Economy In Actions). It is not only about environmental protection. It also discusses an exhausted consumer system, that calls for cooperation. Service exchange networks, carpooling, here are initiatives that think of tomorrow’s world.

Image credit : Porsche Jones / Flickr Creative Commons Carpool : an initiative that think of tomorrow's world

Image credit : Porsche Jones / Flickr Creative Commons
Carpool : an initiative that think of tomorrow’s world

The Positive Economy Forum, which is behind this book, was created in 2012 and already assembles thousands of citizens around the world, as well as important actors in society : policy makers, associations, NGOs, entrepreneurs, etc.

For each one of these groups, the Positive Economy Forum explains the concrete acts we can set up for a more positive society :

For the States, it calls for taking action with a priority towards equity between territories, for debt sustainability, and for environmental protection. It is desired that all bills submitted to Parliament consider the future generations. It also suggests the creation of a Social Experimentation Bank, which will finance some projects of innovation in the positive economy and enable their actualization in case of success.
Instead of ranking countries according to their GDP, the Positive Economy Forum ranks them according to a positivity index. In the ranking of the 34 countries from OECD, Ireland placed 16th. M. Higgins, there is still room for improvement !

As for companies, they are called to take the long term into account : to become aware of their impact on the environment, to adapt to the depletion of resources as water or energy, and to set up partnerships with other companies in order to decompartmentalize the economy. We also would like to have a deeper faith in companies, so they should fight corruption and stop all advertising which is misleading and irresponsible.

To us citizens, this book gives us several courses of action. It encourages us to become committed to our cities, to make our demands for a more fair economy heard by our local decision-makers. « Voices get louder more easily in these laboratories which are cities. That is the best level to change the society together and from day to day. » It is from this scale that change takes place : the fight against poverty, awareness-raising actions about the stakes of climate change, or the invention of new plans of production and consumption, through collaboration for example. Moreover civil society is gaining recognition and influence, thanks to social networks. Anyway, we must start to have ambition, optimism and confidence. We must be sure that, whoever we are, we can all act for a better world.

Image credit : Fabien Le Jeune / Flickr Creative Commons Thinking about future generations

Image credit : Fabien Le Jeune / Flickr Creative Commons
Thinking about future generations

Traduction française

Une économie positive pour un monde meilleur

N’avez-vous pas l’impression que notre société vit à mille à l’heure ? Qu’on vit au jour le jour sans penser aux conséquences, sans penser à ce que nos actions provoqueront demain ?

C’est en réponse à cette façon de penser et d’agir que le Positive Economy Forum cherche à éveiller les consciences : il nous invite à penser à demain. Pas seulement le demain des générations futures, mais notre propre demain, celui que nous connaîtrons dans quelques dizaines d’années. On entend constamment parler de cela, mais jamais personne ne nous explique ce que nous pouvons faire concrètement en ce sens.

Question résolue grâce à un court ouvrage appelé Manifeste pour une société positive (L’économie positive en actions). On ne parle pas ici seulement de respect de l’environnement. On parle aussi d’un système de consommation à bout de souffle, qui appelle à la coopération. Réseaux d’échanges de services, covoiturage, voilà des initiatives qui pensent au monde de demain. Le Positive Economy Forum, auteur de ce livre, a été créé en 2012 et rassemble déjà des milliers de citoyens à travers le monde, ainsi que de grands acteurs de la société : décideurs politiques, associations, ONG, chefs d’entreprises, etc.

Image credit : Seth Oliver Photographic Art / Flickr Creative Commons

Image : Seth Oliver Photographic Art / Flickr Creative Commons

Pour chacun de ces groupes, le Positive Economy Forum explique les actes concrets que l’on peut mettre en place pour une société plus positive :

Aux États, il est demandé d’agir en priorité pour l’équilibre entre territoires, pour la soutenabilité de la dette et pour la protection de l’environnement. Il est souhaité que tous les projets de loi soumis au Parlement soient pensés au nom des générations suivantes. On propose aussi la création d’une Banque d’Expérimentation Sociale permettant de financer les projets novateurs d’économie positive et de les généraliser en cas de succès.
Plutôt que de classer les pays selon leur PIB, le Positive Economy Forum les classe selon in indice de positivité. Dans le classement des 34 pays de l’OCDE, l’Irlande se classe 16ème. M. Higgins, il reste des progrès à faire !

Les entreprises sont quant à elles appelées à une prise en compte du long terme : prendre conscience de leur impact sur l’environnement, s’adapter à la raréfaction de ressources comme l’eau et l’énergie, ou encore mettre en place des partenariats avec d’autres entreprises afin de décloisonner l’économie. On souhaiterait également pouvoir avoir davantage confiance dans les entreprises, c’est pourquoi elles devraient lutter contre la corruption et arrêter toute publicité mensongère et irresponsable.

A nous citoyens, ce livre donne aussi des pistes d’action. Il nous incite à nous engager dans nos villes, pour faire entendre nos revendications d’une économie plus juste auprès des décideurs locaux. « Les voix portent plus facilement dans ces laboratoires que sont les villes. C’est le meilleur niveau pour changer la société ensemble au jour le jour. » C’est dès cette échelle que se joue la lutte contre la pauvreté, la sensibilisation aux enjeux du changement climatique ou encore l’invention de nouveaux schémas de production et de consommation, à travers la collaboration notamment. D’autant plus que, de nos jours, la société civile gagne en reconnaissance et en influence grâce aux réseaux sociaux. Il nous faut en tout les cas commencer par avoir de l’ambition, de l’optimisme et de la confiance. Nous devons être certains que, qui que nous soyons, nous pouvons agir pour un monde meilleur.